Le Réveillon du 31 à Paris
18/12/2019
Meilleurs vœux, jusqu’à février !
07/01/2020
Tous

Befana vs galette des rois

Pendant qu’en Italie la nuit du 5 janvier on attend la Befana, une sorcière qui remplit les chaussettes qu’on accroche à la cheminée (si on l’a, sinon accrochées un peu partout) de sucreries et chocolats (ou de charbon si on n’a pas été sages), et surtout on est en vacance car le 6 c’est un jour férié, en France le 6 janvier on travaille et on ne connait pas du tout cette sorcière qui vole sur un balai !

Par contre il y a une autre tradition que j’adore, celle de la Galette des rois, un gâteau qui se mange quelques jours avant et après le 6 janvier pour fêter l’Épiphanie. La galette traditionnelle parisienne, car au sud de la France on mange plutôt le gâteau des rois, est un gâteau de pâte feuilletée fourré à la frangipane (une crème faite de poudre d’amandes, sucre et beurre), que je trouve orgasmique, mais chacun ses goûts ! 🙂

La tradition

Le rituel veut que la galette soit coupée en une part pour chaque invité, ensuite le plus jeune se cache sous la table et prononce le prénom d’un des invités au hasard pour chaque part : l’invité qui trouve la fève (aujourd’hui transformée en petite figurine en plastique ou céramique), en essayant de ne pas se casser une dent si possible, est élu roi/reine de la journée et peut porter la couronne de carton qui est vendue avec le gâteau. Le roi/reine doit offrir la galette l’année d’après.

Un peu d’histoire

Cette tradition existe depuis la Rome antique, quand pendant les Saturnales (fin décembre, début janvier) on inversait les rôles et dans chaque famille un esclave avait le droit d’être roi d’un jour (il pouvait même donner des ordres à son maître) avant d’être mis à mort ou revenir à sa misérable vie d’esclave : la fève était le bulletin de vote pour élire le roi et pour assurer la distribution aléatoire des parts de gâteau, il paraît qu’on utilisait déjà l’astuce de l’enfant sous la table.

Aujourd’hui

A partir de fin décembre les boulangeries et les supermarchés se remplissent de ce gâteau : si vous l’achetez en boulangerie il est surement très bon mais aussi très cher, comme tous les autres gâteaux (en Italie ce n’est pas si cher d’acheter des gâteaux en boulangerie !). Les galettes sont vendues selon les parts dont vous avez besoin, quand vous allez les chercher il faut donc toujours spécifier pour combien de personnes vous en voulez.

La tradition actuelle veut qu’on se réunisse l’après-midi du premier dimanche de janvier pour manger la galette et élire le roi/reine, mais si vous travaillez en entreprise, pendant cette période vous verrez des galettes apparaître un peu partout, offertes par des collègues, le patron, les clients, etc.

A la galette traditionnelle se sont ajoutées aujourd’hui plusieurs variantes : aux pommes, au chocolat, aux abricots, mais moi je suis traditionaliste et pour moi la meilleure reste celle à la frangipane !

ICI une des plusieurs recettes pour ceux qui voudraient tester le fait-maison. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.