Le concept de café
11/08/2014
Opération ‘dolce’ – à la découverte du dessert italien
27/10/2014
Tous

Italiani pocket vs l’échange de bagages

Chers lecteurs ! Ça faisait longtemps que je n’avais pas eu une mésaventure digne d’être racontée (heureusement !), vu que la dernière remonte à 2010 à cause de l’éruption du volcan “j’ai un nom imprononçable car je suis islandais”, qui nous avait bloqués de l’autre côté du monde.

Je suis donc enthousiaste de vous raconter aujourd’hui cette histoire qui vous fera réfléchir sur le genre de personnes qui existent au monde ! Et j’espère de vous faire rigoler un peu, vu qu’on sait très très bien que, la mésaventure passée, tout devient moins “tragique”…

Je m’excuse d’avance avec les messieurs qui ne comprendront pas au 100% le niveau de tragédie de cet événement. 😉

Tout commence à Orly.

Arriveé à 22h25 de Rome Fiumicino après une semaine de coupure de la vie parisienne, je suis donc souriante et heureuse (ça ne durera pas !). Sereine je me dirige vers le tapis des bagages et j’attends le mien. En même temps j’appelle mon homme, contente de le retrouver bientôt, et je me reconnecte au monde après DEUX HEURES sans wifi ni données, en immersion profonde dans mes emails, whatsapp et tout le reste.

Après une quinzaine de minutes je vois ma valise qui, EN DERNIERE, est vomie sur le tapis. Je range mon portable et joyeuse de rentrer chez moi je l’attends pendant qu’elle s’approche de moi : un petit virage, un autre, quelque mètres de tapis, elle arrive près de moi, je m’allonge vers elle, j’en attrape le poignet, je la sort du tapis et… CE N’EST PAS MA VALISE !

Même modèle que la mienne, mais la poignet est différente, elle est pratiquement vide et il n’y a pas de cadnas !

Pause.

Chers hommes, savez-vous quel est le pire cauchemar pour une femme (ou au moins pou moi) ! Rester sans trousse de toilette !!! Parce que la trousse est vitale ! Parce qu’on traîne dedans tout notre bazar de crèmes et produits que nous, pauvre femmes, récoltons pendant des semaines/mois/années à force de soldes et promotions pour ne pas être obligées de prendre un crédit ! Il y a dans nos trousses le kit de survie sans lequel la plupart de nous ne peut pas survivre dans la jungle urbaine ! Sans compter le fait que dans ma valise il y avait la robe pour un mariage auxquels j’étais invitée deux semaines après, plein d’autres choses importantes et surtout le chargeur de mon ordinateur avec lequel je travaille !

Maintenant que vous avez saisie la “gravité” de la situation (surtout vous, lectrices !)…

…on peut reprendre l’histoire.

Avec ma main encore accrochée à la non-mienne poignet de la non-mienne valise,l’espace d’une seconde et j’ai la situation bien claire dans ma tête : un crétin a pris ma valise pensant c’était la sienne et il est parti ! Qui est-ce ? Où habite-il ? Où est-il ? Idiot !!

Des larmes grosses comme des pruneaux commencent à vouloir sortir de mes yeux, entre une injure et une rafale de “merde merde merde!!!” je regarde autour de moi comme si j’étais possédée, à la recherche de ma valise, mais il n’y a plus personne ! Je me précipite alors au service bagages dans l’espoir de trouver le contact de M. Intelligence, en essayant de ne pas pleurer pour mieux gérer le personnel d’Orly.

Je fais la queue, je tue du regard un homme qui essaie de me doubler et arrive enfin mon tour.

“Monsieur aidez-moi svp, un crétin a pris ma valise en pensant c’était la sienne ! Vous avez surement moyen de le contacter, pouvez-vous essayer de le trouver ? Faites quelque chose svp !!”.

Le type ne me laisse même pas finir ma phrase, “Venez par là”, ouvre une porte, prend la valise et me claque la porte au visage… confuse je pense “Qu’est-ce qu’il fout ? Je fais quoi maintenant ? Je vais où ?”.

Le gars sort de l’autre côté du comptoir et commence à me poser des questions : “Nom ? Prénom ? Adresse ?”, gentiment j’essaie un “Excusez-moi, mais vous avez un moyen de contacter la personne ? Peut-être qu’il est encore à l’aéroport”… et lui “Non, il est tard, tout est fermé. Nom ? Prénom ? Adresse ?”… très aimable !

Après 5 minutes il me jette une feuille à la figure, “Signez ici”… moi, même en buguant complètement du cerveau, vérifie le formulaire et je m’aperçois que ce crétin (un autre !) a complètement foiré mon adresse ! En plus d’être aimable il est aussi très intelligent.

Je récris l’adresse, puis il imprime une autre feuille et rapidement il dit “Ceci est le numéro à appeler demain matin, celui-ci votre numéro de réclamation. Dès qu’on retrouve votre bagage on vous appelle… quand on la retrouve j’en sais rien, peut-être aussi qu’on la retrouvera pas !”…et IL PART !

En plus d’être aimable et très intelligent, le type s’avère aussi plein de sensibilité et de tact…

Vous voyez dans les dessins animés japonais quand il y a le premier plan des énormes yeux du personnage qui se remplissent de larmes géantes ? Voilà… j’avais réussi à me contrôler jusque là, mais après cette phrase je reste avec la feuille dans ma main et je commence à pleurer, beaucoup, en silence (ou pas !), en allant vers l’Orlybus.

Je passe le trajet dans le bus en me mouchant, je finis un paquet de mouchoir et je pleure comme si on m’avait annoncé la fin du wifi et d’Internet dans le monde ! Mais entre deux sanglots je me colle au téléphone à la recherche de M. Crétin X (dont je connais Nom et prénom), car dans un monde où la vie privée n’existe plus j’ai l’espoir de le trouver sur la toile et de le contacter…

Oh…vous allez pas le croire…ce type, en plus d’être débile, il n’est même pas joignable sur Internet ! Je trouve un profil FB qui n’est pas actif et un sur LinkedIn qui est bloqué, impossible donc de le contacter. Je me dis que si cette personne a quelque neurone dans sa tête réussira à me contacter, vu que sur ma valise il y a mon nom et prénom et avec UN SEUL CLIC il est possible me joindre vue la nature de mon travail…il ne me reste donc qu’attendre

…après 12 heures d’attente

Le matin suivant, personne s’est montrée. A Orly (bien sûr) s’en foutent royalement et me disent que la recherche est en cours (de toute façon ils ne retrouveront jamais ma valise car il ne s’agit pas d’une perte dans un aéroport, mais d’un crétin X), il faut donc que je trouve une solution moi même (comme d’hab !).

La compagnie aérienne doit forcement avoir la liste des passagers ! J’appelle EasyJet ! Répond une fille qu’à la question :

“Excusez-moi j’aurais besoin de contacter un passager du vol machin qui s’appelle M. Crétin X, pouvez-vous m’aider ?”

répond : “Non, désolée, pour une question de confidentialité je ne peux pas vous fournir le contact d’un passager”

et moi “Oui bien sûr je comprends… pouvez-vous le contacter de ma part ? Voici la situation, bla bla bla, vous êtes mon seul espoir”

et elle “Non, désolée, pour une question de confidentialité je ne peux pas vous fournir le contact d’un passager”… ok, elle ne m’écoute même pas en fait… je décide donc de rappeler à l’infini jusqu’à tomber sur quelqu’un avec un cerveau qui ait envie de m’aider…

Et Clément fait son entrée triomphale ! Oh Clément ! Si je n’étais pas déjà mariée j’aurai demandé ta main ! Oh Clément qui me sauvas de milles supplices ! I love you Clément!

En 10 minutes mon héro trouve M. Crétin X (qui jusque là il n’a pas bougé le petit doigt pour me retrouver), le contacte, lui donne mon numéro de téléphone avec monaccord, et M. Crétin X (qui s’appelle en vrai Samuel) m’appelle!!!

La joie d’avoir enfin retrouvé ma valise et l’idiot qui l’a prise est tout de suite mitigée quand je découvre que :

1. Samuel habite à 2 heures de Paris ;

2. Samuel en plus d’être idiot (il m’explique qu’il a pris ma valise, l’a mise dans sa voiture, a roulé jusqu’à chez lui, il s’est couché sans même pas essayer de l’ouvrir et il n’a découvert que le lendemain qu’elle n’était pas la sienne), il est aussi prétentieux et égoïste !

3. Samuel n’a aucune intention de revenir à Paris avant une semaine, en s’en moquant royalement du fait que je n’ai pas mes affaires et que je ne peux même pas travailler car mon chargeur est dans ma valise !

Heureusement je possède une information qui lui fera changer d’avis : “Cher Samuel, si tu ne vas pas récupérer ta valise d’ici 4 jours Easyjet l’enverra à Londres et alors là adieu valise ! En plus si tu ne ramènes pas ma valise, à Orly tu n’auras pas la tienne. Voici le topo à toi de jouer coco”.

Et lui “Ecoutez, faisons comme ça. Allez à Orly et quand vous êtes au comptoir bagage vous m’appelez, je leur explique que je suis le propriétaire de la valise, je les autorise à vous la donner et puis on se débrouille entre nous. Car vous savez, je sui spatron d’une boîte et ça m’embête vraiment de refaire deux heures de trajets là”… bien sûr !!! Car à ton avis :

1. A Orly j’aurai ta valise ;

2. J’attends que tu sois à l’aise avec ton planning pour revoir ma valise ;

3. Je me tape 2 heures de métro et bus (et oui ! Moi aussi !) pour toi qui est si réactif, compréhensif et qui s’est excusé mille fois de la boulette faite.

Moral de l’histoire : Monsieur a daigné venir à Orly après QUATRE jours, en arrivant le matin alors qu’il m’avait dit qu’il arrivait l’après-midi…peur que je te frappe ? Et à ma phrase “J’ai récupéré la valise, mais après 4 jours je m’attendais quand même un mot d’excuse”, il a répondu “Non mais ça va ! Ce sont des choses qui arrivent ! Oui oui ok excusez-moi, mais moi aussi j’étais embêté avec toute cette histoire, car vous savez je suis patron d’une boîte moi”… s’il avait été devant moi je crois que je l’aurais blessé à mort…j’ai juste raccroché et je me suis concentrée sur la vue de ma valise saine et sauve et à côté de moi dans le énième Orlybus.

Epilogue

Mon aventure pourrait se terminer ici, mais je voudrais au contraire terminer avec la cerise sur le gâteau grâce au personnel d’Orly qui est extrêmement comique !

Savez-vous combien de temps aura fallu pour récupérer ma valise qui était physiquement derrière le comptoir auquel j’étais appuyée ? 45 minutes !!! Savez-vous pourquoi ? C’est ce que je vais vous raconter…

Je fais la queue, le type au comptoir, après m’avoir fait signer le formulaire, me dit de passer par la porte à côté et récupérer mon bagage, la porte est fermée, je reviens au comptoir et le type me dit “Allez au comptoir information de l’aéroporto, à 50m d’ici sur votre droite, et demandez-leur de vous ouvrir la porte”… mmmh…bizarre comme démarche, mais je n’ai pas le choix, je fais ce qu’il m’a dit. Je vais au comptoir à 50m de là, je fais une autre queue, j’explique, la femme pleure de désespoir et dit “Mais pourquoi ils continuent à m’envoyer du monde ?! Je n’ai pas le code moi !”, elle décroche son téléphone, arrive un bonhomme habillé en orange avec une radio qui me dit “Mais il suffit de faire le tout par ici, c’est ouvert !”… et sur cela je vous laisse.

1 Comment

  1. Marco dit :

    Quelle histoire avec Easyjet ! Merci de partager votre histoire épique, qui heureusement finit bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.