Noël à Paris
19/11/2018
Les étrennes de Noël
03/12/2018
Tous

Le concept de carte de crédit et l’approche envers l’argent

Nous, les Italiens, nous avons un rapport à la carte de crédit un peu particulier : nous lui faisons pas confiance pour nos achats sur Internet, nous ne l’utilisons pas souvent pour faire des achats (surtout si la somme n’est pas très élevée) et surtout nous avons l’habitude d’avoir toujours assez d’espèces sur nous (ce qui peut parfois, cependant, vous sauver la vie : voyez l’aventure de IP contre le volcan islandais !).

Quand je suis arrivée en France, une des premières choses que j’ai dû faire a été donc de changer complètement d’optique quant à la carte de crédit, qui est devenue depuis  ma nouvelle meilleure amie.

Premièrement, ici on ne fait pas la différence entre carte de crédit et Bancomat comme en Italie. Il y a une seule et unique Carte Bancaire, traditionnellement appelée Carte Bleu (et abrégée en CB), car à l’origine elles étaient toutes fabriquées en bleu en honneur de l’équipe de foot, figurez-vous !

Les caractéristiques principales de la CB sont les suivantes :

  • une puce qui vous permet de tout faire (y compris vous abonner au Vélib’, ce qui n’est pas possible sans la puce);
  • un code PIN à quatre chiffres;
  • l’association avec un circuit international (Visa, Mastercard, etc…).

Pour obtenir une CB, vous devrez bien sûr ouvrir un compte en banque et vous la paierez annuellement en fonction des offres (pour savoir comment procéder, lisez le post Ouvrir un compte en banque français).

Avec la CB, vous pouvez tout acheter, du billet de métro à la voiture. Vous pouvez avec elle faire les courses et dans 90% des cas il n’y a pas de minimum d’achat pour l’utiliser (si vous êtes vraiment malchanceux, le minimum d’achat varie de 1 à 15 € selon le magasin). Vous pouvez avec elle retirer des espèces aux distributeurs automatiques et ne retirer que 10€ si vous voulez. Vous pouvez avec elle aller au restaurant, payer une consommation en boîte, envoyez des recommandées sur Internet, et plein d’autres choses.

Le Parisien (et je me classe aussi dans cette catégorie) ne sait pas ce que sont les espèces. Il peut sortir sans un euro sur lui mais jamais sans sa CB ! Au contraire, s’il est obligé de payer en espèces, il déconcertera et embarrassera la caissière qui n’y est pas vraiment habituée et sera parfois très lente à rendre la monnaie.

Le concept de carte de crédit est ensuite, d’après moi, intimement lié à l’approche  envers l’argent qu’ont les Français et que je partage totalement !

Une différence énorme que j’ai notée par rapport à mon ancienne vie à Rome c’est qu’il y a une vision très subtile et très fine de la justice à l’égard de l’argent. Pour mieux vous faire comprendre je vais vous donner quelques exemples pratiques, comme d’habitude en généralisant et en ne m’appuyant que sur mon expérience personnelle.

1. Manger au resto

A la fin du repas il y a toujours un moment pendant lequel on calcule rapidement si on a mangé tous la même chose (et dans ce cas là on partage la note) ou pas. Et il est sous-entendu que la note ne sera pas divisée par le nombre de personnes mais que chacun paiera ce qu’il a mangé s’il y a de grosses différences. Ainsi moi qui suis végétarienne, je ne serai pas obligée de payer le double parce que mon voisin s’est envoyé un steak, et celui qui ne boit pas d’alcool ne verra pas sa note exploser pour une bouteille à 25€ qu’il n’a pas goûtée  (l’alcool, si on mange à l’extérieur, est très cher !).

Je me rappelle qu’un jour nous étions allés dîner avec les collègues de mon mari. Nous étions au moins une dizaine et chacun a mangé des choses et des quantités différentes. A la fin du repas, quand la note de 2 Km est arrivée, Marlène, ma voisine, s’en est emparée, a sorti un stylo et après nous avoir interrogés l’un après l’autre sur ce que nous avions pris, elle a fait les comptes pour chacun de nous ! Un génie ! Et sans calculatrice ! :-p

Et enfin, quand il est temps de payer la note, chacun paie sa part avec sa CB. Si des espèces circulent sur la table c’est le signe qu’il y a un italien das le groupe. :-p

2. La cagnotte 

Quand j’ai prêté de l’argent à un Italien, il m’est arrivé parfois de ne pas le récupérer car je n’ai pas assez de culot d’aller le réclamer et franchement ça m’énerve de devoir le faire. Avancer de l’argent à un Français, au contraire,  équivaut à recevoir dans les 72 heures qui suivent la somme avancée en espèces ou encore plus souvent par virement, sans rien avoir à demander ! ;-p

Ce n’est pas pour rien qu’en français on dit que:

Les bons comptes font les bons amis.

3. En voyage

En Italie ça m’est arrivé pas mal de fois de passer un week end entre amis, de payer par-ci par-là pour tout le monde, mais sans vraiment noter mes dépenses pour ne pas passer pour une radine, et de finalement payer plus de ce que j’aurais dû.

Puis un jour j’ai découvert Tricount, une application où on note qui paie quoi et à la fin elle vous dit qui doit combien à qui. Je l’ai trouvée tout simplement géniale et proposée :

  • à mes amies françaises qui l’ont tout de suite adoptée. Pendant le week end nous avons dépensé, noté, appuyé sur un bouton et ensuite fait partir les virements à celles qui avaient dépenser plus que les autres ;
  • à mes amies italiennes, pour qui tout était trop compliqué à mettre en place.

Conclusion complètement personnelle : vive la CB et vive les bons comptes qui font les bons amis ! :-p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.